FR EN

Mambourg Gewurztraminer

2018-12-12 Imprimer Envoyer

Les grands crus

Mambourg Gewurztraminer

2002
6 bts de 0.75 L Stock épuisé
Port offert à partir de 24 bt.

Type du vin : Blanc sec Aromatique
Cépage : Gewurztraminer
14 % alc/vol.
Temperature : 10 - 14 °C
Conservation : 10 années

Terroir :

Exposé plein Sud à flanc de colline, le Mambourg domine Sigolsheim. C’est l’un des coteaux les plus avancés de la plaine d’Alsace. Il profite d’une durée d’ensoleillement optimale. Le sol calcimagnésique se développe sur les conglomérats calcaires et marnes de recouvrement tertiaire des collines.
Les rendements qui ne sont jamais élevés privilégient la qualité.

Vinification :

Après la fermentation, commence la phase de l'élevage. Cette étape est primordiale pour que le vin affirme sa structure et ses arômes.
Pendant cette période, les fines particules en suspension dans le vin (débris de rafles et de pellicules, levures et substances protéiques) se déposent doucement au fond des cuves pour former la lie. Cette dernière apporte du gras au vin.

Elevage :

Elevage sur lie en foudre, de 12 mois.
L’élevage sur lie apporte du gras au vin. D’autre part, l’oxygène qui traverse les parois du bois permet une lente oxydation du vin, qui favorise l’épanouissement de ses arômes.
Le vin est ensuite mis en bouteille, où il est élevé 2 à 3 ans avant d’être commercialisé.
L'élevage en bouteille intervient aussi dans l’évolution du vin. Ici, c'est le phénomène inverse de l'oxydation qui se produit : des réactions à l’abri de l’air développent le bouquet, tout en lui donnant des nuances plus subtiles.

Dégustation :

Robe : Jaune doré clair, reflet or blanc. Belle limpidité.
Nez : Intense avec des arômes de brioche, de miel puis la noisette et le chocolat se mêlent à des senteurs minérales. A l’aération, épices (poivre blanc) et note balsamique. Grande élégance. Enfin, les parfums floraux s’installent : muguet et rose. Bouche : Attaque vive. Explosion en bouche. Les papilles sont déconcertées entre l’onctuosité et la fraîcheur qui est accentuée par une structure tanique. Magnifique matière sur les épices. Finale vive sur des arômes de rose. Ondulation entre l’acidité et l’onctuosité.
Vin de longue garde.
Dégusté en juin 2004 par Isabelle Samson, oenologue en stage au Domaine Paul Blanck.

Accords mets-vins :

A savourer seul.
Recommandé sur un fondant au chocolat noir corsé.