FR EN

Sommerberg Riesling

2018-12-12 Imprimer Envoyer

Les grands crus

Sommerberg Riesling

1998
1 bt de 0.75 L Stock épuisé
Port offert à partir de 24 bt.
Type du vin : Blanc sec Aromatique
Cépage : Riesling
Alcool : 12 alc/vol
Température : 10 - 12 °C
Conservation : 15 années

Terroir :

Le Sommerberg s’étend au pied des Trois-Epis, au Sud de Katzenthal et au Nord de Niedermorschwihr. Situé sur un coteau en très forte pente (45°), ce lieu-dit est orienté plein Sud et s’élève à près de 400 m d’altitude. Le substrat granitique à deux micas, dit de Turckheim, en état de désagrégation très avancé, donne naissance à ces arènes granitiques, riches en éléments minéraux, et si propices à la culture de la vigne.

Dégustations :

1ère dégustation
Robe épaisse, profonde aux reflets jaune et vert. Nez prenant sur la rose, l'encens, le froment et subtilement réglissé. Ce vin possède une forte présence et s'assure d'une bouche ample, large, pleine de charme et sur l'inimitable harmonie caractéristique du grand cru. Cette cuvée plus florale que le riesling Schlossberg 1997 et de structure radicalement différente possède un fruité plus dégagé et ferme, une persistance plus affirmée ainsi qu'une légère amertume exotique sur la carambole. Belle finale corsée et longue sur un fumé de bois exotique et d'encens.
Apogée : 2002/2003.
Dégusté en avril 2001, par Jean-Louis Sampoux et Stéphane Dechevis - Alsace-Terroir, site dédié au vin d'Alsace.

2ème dégustation
Robe : Robe d’une belle teinte jaune d’or claire, reflets lumineux, translucides, scintillants d’or-émeraude.
Nez : Nez doté d’une élégance ouverture aromatique offrant de jolis effluves floraux et finement épicés : safran, jasmin…. Sur des notes enocre à peine (con)fondues de fruits en marmelade : coings, oranges, bananes, maracujas, fruits de la passion.
Bouche : à l’attaque courtoise tout en étant vaillante. Doté d’une fine élégance de corps et d’esprit sans ignorer race et rigueur, on lui devine de savoureuses, langoureuses sensations gusto-tactiles qui iront en s’améliorant encore avec l’épanouissement.
Vin grave et délicieux à la fois, d’une exquise réminiscence…. A déguster sans hâle sur soles et autres poissons mi-fins, mi-gras.
Dégusté le 29 janvier 2002 par Alain SEGELLE.

Accords mets-vins :

Un vin à aérer.
Dans l’actuel, poissons de rivière, sandre, truite sauvage.
volailles en sauces.